Message du bord – Dernière ligne droite

 

« La Méditerranée est décidément imprévisible ! Le premier jour, après seulement quelques heures de course, un nuage nous barrait la route : tandis que l’ensemble de la flotte naviguait à bonne vitesse nous restions immobilisés pendant de longues heures.

Ensuite il a fallu faire la course en décalage, à chaque point de passage les conditions étaient moins favorables que celles rencontrées par nos concurrents. Difficile de garder son sang froid dans ce contexte.

Il suffisait de se rappeler la fable de La Fontaine « patience et longueur de temps font plus que force ni que rage ». Mouais… facile à dire quand on est immobilisé dans la pétole, pourtant cet après-midi Neptune a fait preuve d’une grande mansuétude.

On pourrait tenter de justifier le vent favorable qui nous a fait rattraper près de 60 M de retard grâce à des explications savantes : « on a analysé un diagramme hydro thermique d’altitude et une photo en syntylographie infra rouge, sur l’échelle de Scaroff on était à 125, etc…».

Ou encore on aurait pu lire dans les entrailles d’un thon en conserve, voir s’adonner à des rituels shamaniques mais non en fait, euh… pour être honnête les fichiers sont illisibles depuis le départ alors on est allés tout droit. A l’arrivée je demanderai à un météorologue de m’expliquer ce qui s’est passé, ça pourra servir dans le futur !

Et puis la course n’est pas finie… »

Stéphane & Stan

#monacoglobeseries #yachtclubmonaco