VIDEO – Jour 43 – Gréement de fortune installé et nouvelles du bord

Après son démâtage survenu dans l’Océan Indien le 18 décembre 2016, Stéphane Le Diraison a réussi à faire basculer sa bôme miraculeusement sauvée pour bricoler un mât de fortune ! Il tente de rallier l’Australie avec son tourmentin à poste.

Nouvelles fraiches du bord :

« Après mon démâtage, la première phase a été de déblayer le gréement et me mettre en sécurité. Cette première partie a pris des heures et des heures pour rétablir la situation.

J’ai dû me résoudre à laisser partir mes voiles car c’était impossible physiquement et la situation était dangereuse vu le poids des voiles et un espar de 30 mètres qui trainait derrière. Après avoir essayé de ramener le matériel à bord c’était sans espoir et dangereux pour moi, j’ai dû la mort dans l’âme tout couper.

Au début j’avais juste libérer le gréement et je trainais cette partie, ça faisait comme une ancre flottante. Sauf que ça tirait l’arrière de mon bateau vers le fond donc c’était une situation très critique.

Ensuite je me suis un peu reposé et j’ai mangé pour reprendre des forces. J’ai repris un peu le dessus et je suis sorti remettre en ordre a minima le pont pour pouvoir faire un gréement de fortune avec la bôme que miraculeusement j’ai pu récupérer dans la bataille. Heureusement car sans cet élément je n’avais aucune solution.

J’ai repassé 12 heures sur le pont dans des conditions épouvantables : à peu près 5-6 mètres de houle dans 20 noeuds de vent et mon bateau se faisait rouler de bâbord à tribord de façon très impressionnante et même dangereuse car je n’avais plus aucune filière.

J’ai réussi à faire une installation propre en faisant un chèvre avec les éléments qu’il me restait. J’ai pu mettre la bôme à la verticale et installer mon tourmentin à la tombée de la nuit, donc une vingtaine d’heures après le démâtage.

Photo sent from the boat Compagnie du Lit - Boulogne Billancourt, on December 18th, 2016 - Photo Stephane Le Diraison Photo envoyée depuis le bateau Compagnie du Lit - Boulogne Billancourt le 18 Décembre 2016 - Photo Stephane Le Diraison Chevre Levage

 

Le vent a tourné un peu et grâce à ce gréement de fortune j’ai réussi à faire un cap à l’Est et m’éloigner des glaces. Le vent a ensuite tourné à l’ouest par chance donc depuis je fais un maximum de route vers l’Australie.

Le vent est en train de mollir un peu, ce qui ne m’arrange pas trop pour l’instant car j’ai encore 5 mètres de houle ce qui fait que les conditions à l’intérieur sont épouvantables. Je suis dans une boite projetée d’un côté et de l’autre, c’est extrêmement inconfortable avec les vagues qui sont assez formées et qui viennent de l’arrière et qui remplissent du coup le cockpit entièrement toutes les 30 secondes.

Les sorties sont très déconseillées pour le moment, il n’y a pas d’autre chose à faire que faire le dos rond et avancer tant bien que mal avec mes 16 m2 de voile !

Photo sent from the boat Compagnie du Lit - Boulogne Billancourt, on December 19th, 2016 - Photo Stephane Le Diraison Photo envoyée depuis le bateau Compagnie du Lit - Boulogne Billancourt le 19 Décembre 2016 - Photo Stephane Le Diraison Gréement de fortune

 

Ca tape tellement dans le bateau que le seul moment d’être à peu près calé c’est de s’allonger pour se bloquer et arrêter de rouler. Je me déplace encore plus difficilement que quand j’avançais plein pot sous gennaker.

Les mouvements de roulis ont beaucoup d’amplitude au point qu’à un moment je me suis même demandé si je n’avais pas perdu ma quille. Mais non, c’est juste que les vagues sont grosses et que sans gréement il n’y a rien pour amortir donc le bateau se fait trimbaler. »

 

Découvrez les premières images du bord suite à son démâtage, ambiance rangement et voile réduite :